Il m’a fallu quelques jours pour redescendre.

11

Pour écrire ce post, j’avais décidé comme auparavant de me contenter de raconter les bons moments. Malheureusement pour moi, il n’y a eu que des bons moments.

Devais-je tout raconter ?

Impossible.

Pour ce périple, j’étais accompagné de Chris Bourgault et Lionel Rioche deux amis auteurs bretons et polars. Les six heures de  trajet se sont déroulées dans la bonne humeur.

3Avec Chris Bourgault, Christian Rauth, Christelle Mercier et Paskal Carlier

Les problèmes de logistique étaient réglés puisque nous logions chez le fils de l’organisatrice dans un petit village proche de Domats.

Dès le soir, nous nous sommes rendus dans une pizzéria en compagnie d’une auteure (Gaëlle Perrin) et de la librairie du salon (Stéphanie de la mythique librairie égrevilloise).

Une belle ambiance qui annonçait deux jours de pure folie. Chez notre hôte quelques heures plus tard, la bouteille d’excellent whisky connue un sort dramatique.

 

Et le salon n’avait pas encore commencé …

 

Dans la petite salle des fêtes de Domats, une vingtaine d’auteurs s’installe dans une ambiance studieuse. Placé à côté de Paskal Carlier, que j’ai déjà rencontré dans un autre salon, je sais que le week-end va se dérouler sous le signe du fou-rire perpétuel.

Ce fût le cas en dehors de la salle et pendant la manifestation avec des morceaux d’anthologie qui resteront gravés à jamais. Le café littéraire organisé à Courtenay en présence de Christian Rauth clôtura ce premier jour de fort belle manière

 

Le livre dans tout cela, me direz-vous ?

 

1Avec Paskal Carlier et Jacques Saussey. Il faut soutenir les libraires indépendants.

Des visiteurs (surtout le samedi), pas aussi nombreux qu’espéré, mais chacun d’entre eux est reparti avec cinq ou six livres.

Dans l’ensemble, chaque auteur présent a tiré son épingle du jeu.

 Je voudrais remercier Yvette Garnier et l’ensemble de l’équipe organisatrice pour avoir fait de ce week-end, un moment inoubliable.